Le roman d'Albertine
"c'était avec elle que j'aurais mon roman"

Albertine Simonet dans A la recherche du temps perdu. Les occurrences du personnage dans le roman de Marcel Proust. Texte intégral de chaque fragment en lien (cliquer sur le numéro).

  1. Albertine - 117 : la fameuse “Albertine”. Elle sera sûrement très “fast”, mais en attendant elle a une drôle de touche

  2. Albertine - 133 : ma nièce Albertine est comme moi | elle est effrontée cette petite | cette petite masque, elle est rusée comme un singe

  3. Albertine - 137 - 140 : les Bontemps avec leur nièce Albertine, petite jeune fille presque encore enfant | je ne savais pas alors l'influence que cette famille devait avoir sur ma vie

  4. Albertine - 162 - 163 : Une de ces inconnues poussait devant elle, de la main, sa bicyclette | ses regards obliques et rieurs

  5. Albertine - 163 - 164 : la petite Simonet | le nom de Simonet | Simonet et famille | Mlle Simonet

  6. Albertine - 165 - 166 : Mlle Simonet et ses amies | la de moins en moins existante Mlle Simonet

  7. Albertine - 167 - 168 : celle aux clubs de golf, présumée être Mlle Simonet. C'est ainsi, faisant halte, les yeux brillants sous son « polo » que je la revois encore maintenant. C'est elle !

  8. Albertine - 169 - 173 : Elstir me dit qu'elle s'appelait Albertine Simonet | Que connaissais-je d'Albertine ? | la série indéfinie d'Albertines imaginées qui se succédaient en moi

  9. Albertine - 173 - 174 : le simple plaisir de faire la connaissance d'Albertine | une causerie avec Albertine

  10. Albertine - 174 - 175 : une jeune fille portant un toquet et un manchon | il n'existait pas de personne plus désirable

  11. Albertine - 175 : tous les plaisirs que je lui demanderais | Devenu différent par le fait de sa présence même

  12. Albertine - 175 - 176 : Albertine élevant au bout d'un cordonnet un attribut bizarre qui la faisait ressembler à l'« Idolâtrie » de Giotto ; un « diabolo »

  13. Albertine - 176 - 177 : Bientôt je passai toutes mes journées avec ces jeunes filles

  14. Albertine - 178 - 180 : j'avais lu ces mots qu'elle m'avait écrits : « Je vous aime bien. » | c'était avec elle que j'aurais mon roman

  15. Albertine - 180 : je ne cherchai guère à voir Albertine. L'amour commence, on voudrait rester l'inconnu qu'elle peut aimer

  16. Albertine - 180 - 182 : Oui, me dit-elle, je passe cette nuit-là à votre hôtel | J'allais savoir l'odeur, le goût, qu'avait ce fruit rose inconnu

  17. Albertine - 182 : Si Albertine me semblait maintenant vide, Andrée était remplie de quelque chose que je connaissais trop

  18. Albertine - 182 - 183 : chacune de ces Albertine était différente | l'habitude de devenir moi-même un personnage autre | Albertine s'en alla la première, brusquement

  19. Albertine - 190 : idées romanesques que la froideur d'Albertine, le départ prématuré de Gisèle, la séparation d'avec Gilberte avaient libérées

  20. Albertine - 231 : Andrée plaignait trop Albertine pour l'aimer beaucoup

  21. Albertine - 236 - 239 : Albertine, contenant dans la plénitude de son corps les jours passés dans ce Balbec | en train d'embrasser la joue d'Albertine

  22. Albertine - 240 - 241 : Françoise m'annonça Albertine | je demandai à Albertine de m'accompagner jusqu'à l'île du bois de Boulogne | Saint-Cloud

  23. Albertine - 244 : Ils déplaisaient aux personnes qui ne peuvent souffrir un aspect étrange, loufoque (comme Bloch à Albertine)

  24. Albertine - 273 : j'avais convenu avec Albertine (je lui avais donné une loge pour Phèdre) qu'elle viendrait me voir un peu avant minuit

  25. Albertine - 280 - 284 : Albertine devait venir chez moi aussitôt après le théâtre | Elle ne viendra plus. Ah ! nos gigolettes d'aujourd'hui !

  26. Albertine - 284 - 285 : bruit de toupie du téléphone. Je m'élançai, c'était Albertine

  27. Albertine - 288 - 290 : petit mot d'Albertine | maintenant, mademoiselle Albertine, c'est quelqu'un | j'avais désiré de réentendre le rire d'Albertine

  28. Albertine - 291 - 292 : Albertine recommençait cependant à m'inspirer comme un désir de bonheur

  29. Albertine - 292 - 295 : casino d'Incarville. Albertine et Andrée qui valsaient lentement, serrées l'une contre l'autre. Au comble de la jouissance | J'avais mal compris le caractère d'Albertine

  30. Albertine - 296 - 297 : Albertine me dit : Qu'est-ce que vous avez contre moi ? | J'aurais dû partir ce soir-là sans jamais la revoir

  31. Albertine - 297 - 299 : Nous allions goûter comme autrefois « en bande », Albertine, ses amies et moi | deux amants tout seuls | préoccupations du côté de Gomorrhe

  32. Albertine - 300 - 304 : Albertine et moi, devant la station Balbec du petit train d'intérêt local | jaloux de l'attitude d'Albertine à l'égard de Robert, j'étais rassuré quant aux femmes

  33. Albertine - 309 : conversation avec ma mère | un mariage entre Albertine et toi serait le rêve de sa tante | Albertine, je ne la trouve pas

  34. Albertine - 314 - 315 : une jeune cousine que je ne peux pas laisser seule (cette prétendue parenté simplifiait les choses pour sortir avec Albertine)

  35. Albertine - 316 - 322 : Tous les jours, je sortais avec Albertine | je commandai, pour mon malheur, une automobile | comme une chienne encore qu'elle commençait à me caresser sans fin

  36. Albertine - 322 - 330 : La Raspelière où je viens dîner pour la première fois avec mon amie | enchaîné à ce besoin quotidien de voir Albertine

  37. Albertine - 331 - 332 : ma « cousine » avait un drôle de genre | Albertine dans le train avec Saint-Loup | Le mariage avec Albertine m'apparaissait comme une folie

  38. Albertine - 333 - 335 : Je n'attendais qu'une occasion pour la rupture définitive | chambre de Montjouvain où elle tombait dans les bras de Mlle Vinteuil | il faut absolument que j'épouse Albertine

  39. Albertine - 336 - 337 : Albertine habitait alors avec moi | Je n'aimais plus Albertine, car il ne me restait plus rien de la souffrance, guérie maintenant

  40. Albertine - 338 - 339 : en quittant Balbec, j'avais cru quitter Gomorrhe, en arracher Albertine ; Gomorrhe était dispersée aux quatre coins du monde

  41. Albertine - 340 - 342 : jolies choses de toilette | Les brimborions de la parure causaient à Albertine de grands plaisirs

  42. Albertine - 343 - 344 : petit incident dont la cruelle signification m'échappa | Andrée | l'odeur de seringa | une autre Albertine | jalousie

  43. Albertine - 344 - 345 : Albertine encagée | images successives | je la regardais dormir | plusieurs Albertine en une seule | embarqué sur le sommeil d'Albertine

  44. Albertine - 346 - 351 : la voir s'éveiller | plaisir même qu'elle habitât chez moi | habitudes de vie en commun | permanence d'un danger | jalousie

  45. Albertine - 352 - 353 : signal joyeux de son éveil | nourritures criées dans la rue | paroles menteuses | prolongement extérieur de la séquestration

  46. Albertine - 354 : A Versailles. Albertine avait été seule | explications du chauffeur, en innocentant Albertine me la rendaient encore plus ennuyeuse

  47. Albertine - 355 : ma mère était ennuyée de voir que le séjour d'Albertine à la maison se prolongeait, et s'affermir mes intentions de mariage

  48. Albertine - 355 - 357 : Mlle Léa, la comédienne amie des deux jeunes filles

  49. Albertine - 357 - 358 : sonate de Vinteuil | La musique bien différente en cela de la société d'Albertine, m'aidait à descendre en moi-même, à y découvrir du nouveau

  50. Albertine - 358 - 360 : Familial et domestique : sentiment que j'éprouvai en me promenant avec elle | Passy, Bois de Boulogne, Seine, Saint-Cloud | jeunes midinettes éparses

  51. Albertine - 360 - 363 : elle semblait s'y trouver en prison | pensée de mon esclavage | Albertine sentait cruellement le sien | Gisèle | elle ne mentait pas de la même manière qu'Albertine | le mensonge | Janus

  52. Albertine - 363 - 365 : votre cousine | elle est bien jolie | elle sait se vêtir ou plus exactement s'habiller | Charlus au sujet d'Albertine | un peu lourde beauté | elle peut faire un riche mariage

  53. Albertine - 366 - 367 : deux personnes d'une terrible réputation : les deux demoiselles Vinteuil | cause enfin découverte de l'envie d'Albertine de venir tantôt | ce petit organe que nous appelons coeur

  54. Albertine - 370 - 371 : dans mon coeur était le double d'Albertine | tout s'entrecroise | tendre phrase familiale et domestique du septuor, inspirée à Vinteuil par le sommeil de sa fille | Albertine mêlée à quelque chose de si grand

  55. Albertine - 372 - 373 : Mlle Vinteuil | c'était grâce à elle qu'avait pu venir jusqu'à moi l'étrange appel – comme la promesse qu'il existait autre chose, réalisable par l'art, que le néant

  56. Albertine - 374 - 380 : renseignements relatifs à la venue de Mlle Vinteuil et de son amie | une bande terrible | faire croire à Albertine que j'avais moi-même l'intention de la quitter

  57. Albertine - 380 : Du trottoir je voyais la fenêtre de la chambre d'Albertine | le lumineux grillage qui allait se refermer sur moi

  58. Albertine - 381 - 384 : la jalousie | Si cette comédie de séparation allait aboutir à une séparation ! | J'aurais eu tort d'être heureux de la petite comédie

  59. Albertine - 385 - 386 : lettre de ma mère | pourquoi troubler cette fille qu'il n'épousera jamais ? | ce que j'ai lu dans les yeux d'Albertine | robes de Fortuny

  60. Albertine - 386 - 387 : je lui demandais de me faire un peu de musique | pianola | musique de Vinteuil | littérature | une même beauté qu'ils apportent au monde

  61. Albertine - 388 - 389 : je touchais seulement l'enveloppe close d'un être qui par l'intérieur accédait à l'infini | une grande déesse du Temps | prisonnière | caractère d'Albertine

  62. Albertine - 389 - 390 : ma vie avec Albertine n'était, quand je n'étais pas jaloux, qu'ennui, quand j'étais jaloux, que souffrance | la quitter | la colère un soir | honte de ma violence | réparer cela

  63. Albertine - 390 - 391 : promenades | Versailles | docilité absolue | nostalgie de ma liberté perdue | la pâtissière | la quitter | Mlle Albertine m'a demandé ses malles | à neuf heures elle est partie

  64. Albertine - 392 - 393 : Mademoiselle Albertine est partie | la souffrance va plus loin en psychologie que la psychologie | la faire revenir

  65. Albertine - 393 - 394 : La souffrance | la chaise d'Albertine, le pianola | C'était cet inconnu qui faisait le fond de mon amour | L'esprit dans lequel Albertine était partie

  66. Albertine - 394 - 398 : Albertine serait de retour à la maison le soir même | Saint-Loup mandé par moi | télégramme d'Albertine | Adieu pour toujours

  67. Albertine - 398 - 400 : Le temps passe, et peu à peu tout ce qu'on disait par mensonge devient vrai | bagues | lettre d'Albertine | accident | la suppression de la souffrance

  68. Albertine - 400 : La suppression de la souffrance ? | télégramme désespéré lui demandant de revenir | notre petite Albertine n'est plus | Serait-il trop tard pour que je revienne chez vous ?

  69. Albertine - 401 - 404 : la mort d'Albertine | c'est d'innombrables Albertine que j'aurais dû oublier | le souvenir d'Albertine lié à toutes les saisons | le paysage moral

  70. Albertine - 405 - 408 : Ma séparation d'avec Albertine | Mes curiosités jalouses de ce qu'avait pu faire Albertine étaient infinies

  71. Albertine - 409 - 412 : ce retrait en moi des différents souvenirs d'Albertine | reprises de mon amour pour Albertine morte | mon amour finissant

  72. Albertine - 413 : traverser en sens inverse tous les sentiments par lesquels j'avais passé avant d'arriver à mon grand amour | sans Albertine

  73. Albertine - 417 : cette oeuvre de l'oubli à l'égard d'Albertine | Je n'aimais plus Albertine | Je souffrais d'un amour qui n'existait plus. Ainsi les amputés | vivre sans Albertine

  74. Albertine - 417 - 420 : conversation qu'Andrée eut avec moi | l'Albertine réelle | petites pêcheuses, petites blanchisseuses | culpabilité, innocence d'Albertine | le jeune homme sportif

  75. Albertine - 420 - 421 : Combien peu je saurais jamais de cette histoire d'Albertine | J'écrivis à Andrée de revenir | “je suis dans les choux”, ce jeune homme qui aimait Albertine | Albertine avait trouvé un beau parti bourgeois | le secret de sa vie

  76. Albertine - 421 - 426 : j'avais en grande partie oublié Albertine | l'Albertine d'autrefois était pourtant enfermée au fond de moi | J'aurais été incapable de ressusciter Albertine parce que je l'étais de me ressusciter moi-même

  77. Albertine - 430 - 433 : la vraie Gilberte, la vraie Albertine, c'étaient peut-être celles qui s'étaient au premier instant livrées dans leur regard | n'ayant pas su le comprendre, je les avais « ratées »

  78. Albertine - 434 - 456 : je parlai à Gilberte d'Albertine et lui demandai si celle-ci aimait les femmes | poutana | mort de Robert de Saint-Loup

  79. Albertine - 457 - 467 : rendre aux moindres signes qui m'entouraient (Guermantes, Albertine, Gilberte, Saint-Loup, Balbec, etc.) leur sens que l'habitude leur avait fait perdre pour moi

  80. Albertine - 476 - 484 : je souhaitais de nouveau, ce dont j'avais rêvé à Balbec, quand sans les connaître encore, j'avais vu passer devant la mer Albertine, Andrée et leurs amies | les futures Albertine

  81. Albertine - 485 - 487 : Profonde Albertine que je voyais dormir et qui était morte

* * *

Les numéros, de 117 à 487, indiquent la position du fragment au sein des 487 sections de notre édition en ligne.

Ces 81 fragments constituant l'histoire d'Albertine sont réunis ici pour étude. Ils sont à lire dans la continuité organique du roman :

"ces thèmes insistants et fugaces qui visitent un acte, ne s'éloignent que pour revenir, et parfois lointains, assoupis, presque détachés, sont à d'autres moments, tout en restant vagues, si pressants et si proches, si internes, si organiques, si viscéraux qu'on dirait la reprise moins d'un motif que d'une névralgie". - Marcel Proust : Richard Wagner

* * *

René Girard : "et dans la mesure où il la séquestre, il ne désire plus. Il est donc obligé de la laisser échapper, pour récupérer son désir, mais qui est aussi récupérer sa souffrance, et chercher à la faire revenir. Donc il y a un va-et-vient... On fait l'expérience répétée, presque scientifique, du fait que le désir mimétique est avant tout désir de la distance, désir de l'absence, désir de ce qui ne se donne pas."

(René Girard : Chez Proust, cette tendance de l'objet, une fois possédé, à se retirer à nouveau. Et alors là, désiré à nouveau)

* * *

En complément : Albertine Simonet résumée par une Intelligence Artificielle : son personnage dans le roman, sa sexualité, et lettres inédites, d'amour et de rupture.